Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Association loi 1901

2021 © wecareweare. Tous droits réservés

 

 

Sans frontière

16/11/2020

Sans frontière

Par le Dr Sophie Mainguy

Les émotions se présentent, selon les circonstances, avec plus ou moins de puissance et d’envahissement. 
Elles sont une force émergente qui devient consciente à travers leur impact dans le corps.
Le cœur amoureux « bat la chamade » ou est « est au bord des lèvres » lorsqu’il est révulsé. « Le souffle est coupé », « le sang qui ne fait qu’un tour » ou encore « le coeur est en berne » lorsque les peurs sont vives et les peines profondes. 
Bien qu’invisible, le courant de l’émotion peut être intensément perceptible.

Ceci nous définit comme une entité au sein de laquelle corps, mental et émotions ne cessent jamais leurs concordances, tant dans un sens que dans un autre. 
C’est bien connu en médecine comme ailleurs. L’activité physique améliore l’humeur et une respiration calme apaise les angoisses.
Pharmacologiquement, les antidépresseurs peuvent être prescrits pour calmer les douleurs et c’est la puissante décontraction psychique des opioïdes qui induit des toxicomanies.
Soulager le corps modifie nos humeurs et réciproquement.
Les frontières entre corps, mental et émotions ne sont donc qu’un concept sans réalité. De même que l’eau peut être gelée, liquide ou gazeuse, ils ne sont qu’une seule et même entité sous différents états.
La maladie, qui signe un défaut d’harmonie, comporte donc toujours des idées dysfonctionnelles et un magma émotionnel toxique liés aux déséquilibres physiques. 
Chez le douloureux chronique la composante dépressive est quasi constante, chez l’endeuillé les manifestations physiques sont innombrables.
Chaque état comporte des “symptômes” dans les différentes sphères de perception. Une peine s’accompagne par exemple d’idées mélancoliques, d’anorexie et de troubles du sommeil. 
Rien n’est séparé, tout est résonnant. À tel point qu’il est bien présomptueux de désigner le mouvement premier. Savoir si la complexité émotionnelle est la conséquence du désordre physique ou l’inverse introduit de nouveau des concepts incertains.

L’intrication est totale et il est souvent judicieux d'emprunter des chemins multiples pour libérer les composantes d’un déséquilibre.

Présentation de WCWA - émission radio Désirs, plaisirs, bonheur : apport des neurosciences