Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Association loi 1901

2021 © wecareweare. Tous droits réservés

 

 

Icône du vivant

21/07/2021

Icône du vivant

L'exposition de Frédérique Lemarchand à Pont-Saint-Esprit, par le Dr Sophie Mainguy

Frédérique Lemarchand pousse le principe, le concept de la résilience dans sa réalité la plus vivante.
Atteinte d’une cardiopathie congénitale, elle est condamnée par les statistiques médicales à ne pas aller au-delà de ses quatorze ans. Passé cet âge, elle s’en remet “au grand semeur de destinées” et cultive le rêve de ses aventures par dessins interposés.
Elle va attendre 20 ans avant de recevoir à 34 ans la transplantation coeur-poumon qu’elle nécessite. Vingt années durant lesquelles, oscillant entre aggravation terminale et résurrection miraculeuse, elle est le témoin des possibilités spectaculaires de sa physiologie.
Au décours de l’intervention en 2012, elle vit une mort clinique et un coma qui durera 40 jours. Elle en revient avec le souvenir de la réalité de l’éternité, celui du bain de sa conscience et le passage en revue de toutes les occasions manquées “d’être à la hauteur de l’amour dont elle est faite “. 
À son réveil s’ouvre la quête de l’ontologie passionnée que le vecteur de sa peinture relaie.

Il n’est pas possible de retranscrire la sagesse lumineuse que la rencontre d’avec Fréderique dégage. Sa connaissance intime du plus grand, son expérience du plus élevé ne souffrent pas la réduction des mots.
Il n’est pas possible de les décrire mais il est naturel de les prendre de plein fouet.
Ses œuvres et la musique de ses récits nous les font intensément parvenir.
Emportée par le train d’onde de l’amour de ses existences, l’immersion dans son univers nous y transporte sans résumé possible. Frédérique nous a quittés cent fois pour nous revenir cent une. Elle connaît le chemin et sait nous l’indiquer.
Sur le pas de la porte, à peine entrevoit-on ses peintures que l’on échappe à soi-même. La tête se tait et le cœur respire. Parce qu’elle a su le trouver ailleurs, elle nous donne ce qui lui a tant manqué.
Notre conscience voyage, s’imbibe, se transforme par le simple contact de la sienne, offerte aux quatre vents, disponible à qui veut.
Elle a la confiance de ceux qui se sont aventurés au-delà des limites admises de la vie.

Frédérique Lemarchand est une icône du vivant. Elle incarne la puissance du lâcher-prise dans sa forme humaine la plus aboutie, réalisant que c’est lorsque “l’on consent à la vulnérabilité ultime qu’on laisse véritablement passage à plus grand que soi”.
Habitant encore des lendemains incertains, elle offre par son travail et ses éclats de rire ce qu’elle a acquis : l’immortalité de l’Esprit.
Car comme elle aime à le répéter : qui peut brûler le feu ?

L'adulte La pression des demandes