Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Association loi 1901

2021 © wecareweare. Tous droits réservés

 

 

L'adulte

23/07/2021

L'adulte

par le Dr Hélène Coulier

Cette semaine, j’observe la coexistence des points de vue qui font que chacun évolue dans son univers. 
Devenir adulte nécessite un minimum d’expériences existentielles afin de se découvrir et gagner en autonomie. Cela peut prendre toute une vie. 


La relation à l’autre est un moyen pour nous aider à grandir. La discussion est un puissant atout pour grandir, on peut aussi parler de moyen thérapeutique si l’on se considère comme malade. 


Goûter à la discussion, c’est d’abord écouter. Il me plaît d’entendre ton avis et voir par ton aide ce qui est dissonant.
La discussion est donc le recueil du point de vue de l’autre depuis un espace ouvert et attentif. Si des épines réactionnelles sont en place, sans vigilance de notre part, il y a fermeture. Cela bouche les oreilles, obscurcit la vue, et polarise les circuits neuronaux vers l’interprétation. 


Qui dit sujet sensible dit vigilance accrue !


Pour dégripper ces fermetures et recueillir l’autre librement, il faut …. le vouloir ! La condition préalable est la connaissance assimilée que notre point de vue du moment n’est pas la vérité.  Elle est parmi la multitude, sans plus de valeur qu’une autre. Pourtant, personne ne doit renoncer à sa vision car tout coexiste.


Dans cette ouverture, la discussion permet de mettre au jour de nouvelles perspectives, mettre en lumière ce qui est en réaction, et souvent, se rejoindre sans compromission.
En matière de communication, utiliser la manipulation, l’argumentation et l’influence est contreproductif et déloyal pour qui prétend vivre librement. 


Si par exemple, l’autorité est jugée déloyale ou la contrainte trop forte alors il y a rébellion. La rébellion est une résistance. Tant que nous tenons à être rebelles, nous maintenons en place les mécanismes qui donnent corps à cette rébellion. La rébellion n’est pas liberté. Le rebelle est en lutte; l’adulte est souverain et en pleine conscience de sa responsabilité dans chaque processus et en accord avec le monde.


Le positionnement de chacun ne nécessite aucune argumentation en soi (c’est-à-dire ni pour soi ni pour les autres), il est évident. Si l’on observe bien, à tout moment l’explication suit l’évidence, la réaction émotionnelle également. L’évidence est instantanée et mouvante. 


Ainsi chacun peut changer de direction, sans raison.

Tout peut changer de direction sans raison, la vie elle-même.


Ce qui m’est apparu depuis quelques mois, c’est que rien n’obéit à la logique mentale dans cet événement mondial aux milliards de facettes. Raisonnez et vous ne trouverez pas.  C’est ce qui déstabilise la plupart d’entre nous. Nous croyons savoir et comprendre mais en réalité nous ne maîtrisons rien. Nous courons derrière des chimères. La vérité s’impose à nous. 


Ce n’est pas que le raisonnement logique doive être jeté aux oubliettes, mais il paraît dépassé, désuet et ne reste utile qu’aux procédures et tâches pratiques. La quantité d’informations à traiter par une méthode logique est trop grande et trop instable selon les observateurs pour qu’elle puisse obéir à une analyse logique. C’est juste impossible. S’y risquer c’est se perdre. En réalité, encore une fois, la réponse est dedans. 


Chacun devrait être responsable de ce qu’il pense ou croit penser ainsi que de ce qu’il ressent. Notre attachement aux idées et aux principes, nous coupe de l’essentiel. Notre réticence à vivre les émotions et/ou notre dépendance à les sentir nous rendent aveugle. L’émotion est transitoire, informative et trouve naissance en nous, pas à l’extérieur.


Tout en nous est transitoire. 
La vie elle-même transite dans ce corps. 


Le désir est le maître de l’action. À nous de dévoiler, assimiler et de mettre en cohérence tous ces états du moi contraires à notre désir. Car au fond chaque être humain souhaite se vivre pleinement en harmonie avec le monde. Pourquoi ne pas investir l’énergie dans ce qui nous anime ?


Par la pleine observation de ce qui, en nous, cherche à diviser, polémiquer, victimiser, nous nous rassemblons en nous-même et cessons de nous disperser et de nous projeter à l’extérieur. C’est la commedia del Arte intérieure.


Sans aucune censure et avec discernement, nous pouvons reconnaître ce qui est vrai et choisir de nourrir ce que nous ressentons être réel.


L’amour et la fraternité ne peuvent s’exprimer vraiment que depuis un espace dénué de concepts, de postures ou d’opinion. Il n’y a pas de raison pour aimer. J’aime t’aimer et j’aime ne pas t’aimer.


Nous entrons je l’espère dans l’âge adulte vers l’autonomie et la responsabilité, où l’expérience contraignante devient le lit de la liberté. 

Peurs Icône du vivant